les chevaux du Mordor

forum sur les chevaux .fiches conseil, info etc...
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 système digestif du cheval

Aller en bas 
AuteurMessage
will
Admin
Admin


Messages : 337
Date d'inscription : 28/11/2008
Localisation : 63

système digestif du cheval Empty
MessageSujet: système digestif du cheval   système digestif du cheval Icon_minitimeJeu 14 Oct - 23:24


Il est malaisé de vouloir comprendre pourquoi le cheval a besoin de temps et de calme pour manger ; que les grains concassés sont plus digestibles que les autres ; qu’une litière de paille contribue efficacement à lester son intestin, etc..., sans connaître les particularités du système digestif du cheval et son fonctionnement.

Pour nous éclaircir l’esprit, voici un bref rappel anatomique.
Le système digestif du cheval se compose des parties suivantes :

• Les lèvres
Très sensibles et munies de longs poils tactiles, les lèvres sont également très mobiles.
Ce sont elles qui arrachent l’herbe ou saisissent la bouchée de nourriture en inspectant les éléments constitutifs du picotin ou du pâturage ; ce sont aussi elles qui détectent les pousses trop piquantes ou irritantes (barbes, épillets, chardons, etc.), et qui écartent les grains non désirés dans la mangeoire.

• La bouche
A l’intérieur de la bouche s’opèrent la mastication et la salivation.
Cette dernière est très importante : elle peut varier de 5 litres/jour à 50 litres/jour selon que le cheval mange du fourrage vert ou des rations sèches.
La mastication est essentielle chez le cheval, surtout s’il est nourri avec des concentrés : l’écorce des grains doit être broyée pour que l’intérieur puisse être correctement digéré par l’estomac.
La dentition du cheval permet un broyage efficace et d’autant plus fin qu’il n’a pas, comme la vache, la possibilité de régurgiter le bol alimentaire afin de le ruminer encore.
Il faut donc donner au cheval tout le temps et le calme nécessaires à une bonne mastication.
Celle-ci nécessite 20 minutes pour 1 kg d’avoine et 40 minutes pour 1 kg de foin.

La langue permet la circulation des aliments, ainsi que l’abreuvement.
C’est elle qui fait le vide dans la bouche pour y “aspirer” l’eau.
Elle fait également piston pour l’envoyer dans l'œsophage.

• L’œsophage
Composé de fibres musculaires, l'œsophage entraîne chaque bouchée vers l’estomac.

• L’estomac
A l’entrée de l’estomac se trouve le cardia, muscle fermant l’estomac et empêchant son contenu de suivre le chemin inverse, le cardia ne s’ouvrant que dans un seul sens, rendant impossible vomissement et ruminement.
La contenance effective de l’estomac est d’environ 10 litres.
Il sécrète le suc gastrique, acide qui attaque les aliments, cellulose exceptée (elle résiste au suc).
L’estomac se vide, par contraction, dans l’intestin grêle.

L’INTESTIN

• L’intestin grêle
Les aliments y subissent la digestion enzymatique due aux sécrétions biliaires et pancréatiques.
La cellulose n’y est toujours pas attaquée.
Le séjour des aliments dans les 22 m d’intestin grêle dure 1 à 2h.

• Le cæcum et le colon
C’est la plus grande partie du système digestif du cheval (63 % du volume).
Il s’y trouve une flore intestinale microbienne (bactéries), seule capable de digérer la cellulose.
Cette attaque bactérienne n’est possible ni dans l’estomac, ni dans l’intestin grêle car les bactéries ne survivent pas en milieu acide.
Pour fonctionner correctement, les intestins du cheval nécessitent un certain volume de nourriture, ni trop, ni trop peu.
Le séjour dans le gros intestin dure près de 30h, dont 5h dans le cæcum.

• Le rectum et l’anus
Élimination, dans le crottin, des résidus solides, ainsi que tout ce qui n’a pas été digéré.
L’inspection du crottin peut, à elle seule, éclairer de nombreux aspects du fonctionnement du système digestif : couleur, humidité, présence de vers, de grains entiers... sont des indicateurs précieux !

Comment ça marche ?

Le cheval est un herbivore mono-gastrique (un seul estomac) ; cela signifie qu’il fait partie de la famille des non-ruminants, au même titre que l’âne et le... lapin.
Par rapport à un herbivore ruminant (la vache par exemple, ou encore le mouton), le système digestif du cheval est caractérisé par un petit estomac (7 % du volume total) et un grand intestin.
La vache a, au contraire, un grand estomac (70 % du volume, répartis dans 4 “poches” différentes) et un intestin nettement plus petit.
Cette différence conjuguée à l’incapacité de l’estomac équin à digérer la cellulose (celle-ci est digérée par des bactéries, dans le cæcum), fait que le cheval tire peu parti des aliments à forte teneur en cellulose, comme le sont, par exemple, les pâturages pauvres des climats arides.
En revanche, le cheval est capable de s’adapter à un pâturage pauvre en augmentant le volume de sa consommation de manière à couvrir ses besoins énergétiques, quitte à produire davantage de crottin.

Selon le type d’alimentation (concentrée ou non), la durée du transit variera, chez le cheval, de 26 à 36 h.
Chaque jour, c’est un volume de 60 à 100 litres (en comptant les sécrétions gastriques) qui transite dans le tube digestif. L’estomac ne pouvant contenir que 10 litres, il est logique que ce dernier se vide 6 à 10 fois par jour.
En fait, il se vide dans l’intestin grêle chaque fois qu’il est plein et qu’un nouveau bol alimentaire se presse au portillon pour investir la place.
Dans le cas d’un cheval nourri au box, c’est-à-dire de manière ponctuelle, 2 ou 3 fois par jour, l’estomac subira plusieurs (1 ou 2) vidanges au cours du même repas.
Seul le dernier tiers du repas séjournera donc suffisamment longtemps dans l’estomac.

Ceci amène 2 grands principes de l’alimentation du cheval :

- 1° Il faut fractionner au maximum la ration quotidienne
La digestion de la partie amidonnée (énergétique) des grains se produisant dans l’estomac, la petitesse du repas allongera la durée de son séjour gastrique, favorisant ainsi sa digestion.
Un trop grand picotin sera gaspillé : les 2/3 des grains qu’il contient seront expédiés vers l’intestin avant d’être digérés par l’estomac.
Ils seront perdus, pour le cheval comme pour le porte-monnaie.

- 2° Il faut donner d’abord le fourrage, puis les concentrés
Les concentrés étant digérés dans l’estomac (et dans l’intestin grêle), et les fourrages étant principalement digérés dans l’intestin, il est normal de donner d’abord le fourrage puisque ce dernier n’a aucun intérêt à séjourner longtemps dans l’estomac, contrairement aux concentrés, qui ne demandent que cela.

Gonflements d’estomac

Le dernier tiers du repas demeure dans l’estomac durant 4 à 6h.
Nous avons vu que la digestion de certains aliments, comme le blé et le son, était susceptible de provoquer leur gonflement. Pour cette raison, on ne peut dépasser certaines doses de ces aliments par ration.
En effet, le gonflement de l’estomac peut aller jusqu’à l’éclatement, dans la mesure ou une évacuation prématurée vers l’intestin est impossible car la place n’y est pas encore libre.
Ce gonflement dangereux peut également être provoqué par une boulimie “accidentelle”.
C’est le cas idiot du cheval gourmand qui s’échappe de son box pour dévorer le contenu d’un sac de grain.
D’où la nécessité de stocker la nourriture dans un endroit bien fermé...

L’abreuvement massif, après absorption des concentrés, favorise encore ce gonflement.
Dans le meilleur des cas, cela provoquera une évacuation prématurée vers l’intestin, défavorable à la digestion des grains.

Pour ces raisons, nous le répétons encore : le fractionnement de la ration favorise la digestion dans l’estomac tout en évitant sa surcharge.
Le menu idéal est, dans l’ordre : d’abord le fourrage ; puis l’eau (favorisant le transit du fourrage) ; et enfin, les concentrés.

La mastication du grain
Le grain étant enveloppé par une écorce de cellulose, les sucs gastriques ne peuvent atteindre sa partie interne (nutritive) si la mastication du cheval n’a pas broyé au préalable ladite écorce.
Entier, le grain traverse donc tel quel tout le tube digestif et en ressort intact.
Il est donc essentiel de veiller à ce que :

- 1° Le cheval mastique correctement.
Pour cela, chaque repas doit se dérouler dans le calme et dans un laps de temps suffisant.
On ne nourrit donc pas directement après le travail, car le cheval est encore chaud, énervé, voire essoufflé.
Malgré cela, certains chevaux mangent trop vite.
Une technique pour les ralentir consiste à placer des galets dans la mangeoire pour l’obliger à trier, donc à manger moins rapidement.

- 2° Le cheval doit avoir une table dentaire régulière, sans quoi, il ne peut broyer efficacement tous les grains.
Un vétérinaire équin peut y remédier.
Pour ces 2 raisons, il est toujours plus sûr de servir des grains aplatis ou concassés si l’on souhaite que la valeur nutritive des céréales soit exploitée au mieux.


D’une certaine manière, on peut dire que le cheval “digère mal”, puisqu’il gaspille une certaine partie des aliments qu’il ingurgite, même en prairie.
Les ruminants ont, au contraire, la réputation de tirer la quintessence de chaque brin d’herbe, grâce à leur système digestif plus performant.
Selon Roger Wolter , “Cette particularité serait due à l’époque d’opulence fourragère dont le cheval aurait bénéficié durant son évolution, il y a quelque 50 millions d’années, lui autorisant un certain gaspillage, tandis que les ruminants se seraient développés en période de pénurie de bons fourrages, obligeant ceux-ci à davantage d’économie.”

Le tube digestif du cheval est donc prévu pour le transit relativement rapide de gros volumes de nourriture.
Lorsqu’on le nourrit de concentrés, donc d’aliments de faible volume, il est donc important de suppléer avec du volume, quitte à ce que celui-ci soit peu énergétique, voire pas nourrissant du tout (les contractions et le transit sont commandés par l’encombrement).
La paille est le principal lest alimentaire du cheval nourri au box.
Notez également que le concassage des grains fait augmenter le volume de ceux-ci de 20 à 30 %.

Unités de mesures et ratios • U.F.C.
“Unité Fourragère Cheval”.
C’est l’unité de référence qui sert à mesurer les besoins des chevaux.
Cette référence correspond à la valeur énergétique d’un kg d’orge.
A l’entretien, donc au repos, les besoins journaliers du cheval se calculent selon la formule suivante :
0,5 U.F./100 kg de poids vif + 2 U.F.
Cela signifie qu’un cheval de 500 kg a besoin de : 0,5 U.F. x 5 + 2 U.F. = 4,5 U.F., c’est-à-dire l’équivalent énergétique de 4,5 kg d’orge standard.

Chaque heure de travail journalier nécessite l’appoint suivant à la ration d’entretien :
- travail léger : 0,3 U.F.
- travail moyen : 0,5 U.F.
- travail intense : 0,7 U.F.
- travail très intense : 1 U.F.

Considérant qu’en randonnée, le cheval fournit un travail moyen durant 6 à 7 heures, ce qui correspond à un apport de 3 à 3,5 U.F. (7 x 0,5 U.F.), ce qui fait un total de 8 U.F.

N.B. : cette formule n’est qu’une base de travail.
Les besoins ne varient pas uniquement en fonction du poids du cheval, mais aussi en fonction de son âge (poulain ou adulte) ; du poids du cavalier ; du sexe du cheval (jument gestante ou allaitante, étalon en période de monte), etc.
Par ailleurs, l’U.F.C. détermine la valeur énergétique d’un aliment ; mais l’organisme du cheval nécessite également autre chose que de l’énergie : il lui faut des protéines, des minéraux, des vitamines...

• La matière sèche
C’est la matière résiduelle d’un aliment dont on a extrait toute l’eau.
Ainsi, une carotte contient 97,5 % d’eau, soit 125 g de matières sèche au kg.
A l’inverse, le foin ne contient que 10 à 13 % d’eau, soit 870 g de matière sèche au kg.
La quantité de matière sèche d’un aliment ne détermine pas sa valeur nutritive.

• Le coefficient d’encombrement
C’est le rapport entre la quantité de matière sèche contenue dans un aliment brut et sa valeur énergétique (kg M.S./U.F.).
Ce coefficient sera égal à 2 (2 kg de matière sèche doivent donner 1 U.F.) pour un cheval au repos, et il sera abaissé à un minimum de 1,2 (pour 1 travail intense).
Plus le rapport (chiffre) est élevé, plus le système digestif est encombré en fournissant peu d’énergie par rapport au volume (ce qui n’est pas bon pour le sport).

• Rapport Phosphocalcique
Le calcium et le phosphore sont deux minéraux indispensables au développement du squelette et au maintien de sa robustesse. Il faut toutefois veiller à ne pas donner trop de l’un par rapport à l’autre.
Ce rapport (calcium divisé par phosphore) doit toujours être supérieur à 1, et doit idéalement être compris entre 1,5 et 1,8.
Un excès de phosphore déminéralise le squelette et le fragilise ; un excès de calcium gène l’assimilation des oligoéléments et fragilise les cartilages
Revenir en haut Aller en bas
https://chevaux-gondor.forumactif.com
 
système digestif du cheval
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le plus grand piège de dionée 2008 !
» TV : OGM : l'enquête qui accuse
» [plante] la mélisse et ses usages
» système d'accrochage pour clématite et chèvrefeuille
» Digestif local (Loire-Atlantique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les chevaux du Mordor :: espace de discutions :: Anatomie-
Sauter vers: