les chevaux du Mordor

forum sur les chevaux .fiches conseil, info etc...
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Akhal Téké

Aller en bas 
AuteurMessage
will
Admin
Admin


Messages : 337
Date d'inscription : 28/11/2008
Localisation : 63

Akhal Téké Empty
MessageSujet: Akhal Téké   Akhal Téké Icon_minitimeVen 5 Déc - 16:51

l'Akhal Téké

Akhal Téké Akhaltk2
Akhal Téké Akhaltk


l'origine de se cheval remonte a plusieurs siècle avant notre hère .
sa naissance a vue le jour en Asie centrale. dans la vallée de Ferghana , vallée fertile couvrant l'est de l'Ouzbékistan .
elle s'étend sur environ 22 000 km2 .
Akhal Téké 573103Ferghana_066

c'est une région partager entre les plaines et la haute montagne .
du fait de la richesse de ces herbages et la dureté de son climat , coupler au multiple prédateurs .
le résultat naturel a donner naissance au fil du temps a un cheval d'apparence , grande (pour sa localisation géographique et l'hère ou il a vue le jour) 150 cm au garrot en moyenne et doter d'une bonne vitesse de course pour la fuite devant un prédateur .
bon nombre de trace des l'Akhal Téké , viennent des ossement retrouver dans les tombeaux des scythes .
les plus connus étant :[/color]Pazyryk http://www.turanianhorse.org/prehistoric.html
[color=yellow]bien sur , il faudra encore de nombreux siècles pour que notre cheval évolue et trouve sa forme actuelle.
les Parthes feront parlé de leur chevaux sous le nom de cheval de nicée .
le cheval de nicée est a l'origine de nombreuse autre races dont : le pur sang Arabe , le pur sang anglais etc...
ils furent , souvent au fil du temps offert au chef de guerre puissant des empereurs chinois , jusqu'à Alexandre .
Au final c'est au Turkménistan , que toute l'attention sera porté a la race .
Akhal Téké 208642turkmenistan_map


C'est un cheval élégant, d'une taille moyenne de 1 m 60, au poil ras, au chanfrein rectiligne, aux yeux vifs, aux naseaux larges. Son encolure est greffée haut avec un garrot sorti, sa poitrine est étroite et sa côte levrettée, sa croupe est avalée avec une queue attachée bas.
Il est droit sur ses articulations, ses membres sont fins, ses pieds petits, ses crins ne sont pas très fournis.

Sa robe est diverse mais le plus souvent isabelle avec des reflets dorés ou argentés.
Sa morphologie est souvent comparée à celle du lévrier, issu de la même zone géographique.
Il est, comme lui, très rapide.
L'Akhal Téké doit sa célébrité à son incroyable résistance à l'effort, qu'ont développée chez lui les conditions d'existence les plus dures.
Vrai cheval du désert, il est "de fer et de feu".

L'oasis Akhal Téké, où sa personnalité s'est forgée, s'étend comme une bande étroite entre la chaîne montagneuse du Kopet Dag au Sud, le désert du Kara Kum au Nord.
Elle inclut la ville d'Achkabad, capitale de la République de Turkménie.
Située sur la route des caravanes reliant la Caspienne à la région de Samarkand puis à la Chine, cette oasis avait une importance considérable.
Elle fut l'enjeu de nombreux affrontements qui tournèrent souvent à l'avantage des Tékés, grâce à leurs chevaux militairement excellents.
Fleuron de l'empire des tzars, l'Akhal Téké ne fut pas négligé par l'U.R.S.S. qui en encouragea l'élevage, non seulement dans son berceau (principalement dans 1e grand haras Komsomol) mais encore dans certains haras du Nord du Caucase, à Stavropol, Krasnodar et Piatigorsk, où se tient son Stud Book.
A Achkabad on lui ouvrit des courses qui devinrent réputées.
Les Turkmènes prennent le plus grand soin de leurs chevaux.
Ils les enveloppent de couvertures, leur donnent des oeufs, et des boulettes végétales liées avec de la graisse de mouton.

En 1935, deux sujets de cette race furent engagés dans une épreuve marathon qui se déroula d'Achkabad à Moscou sur une distance de 4 300 km.
Ils la parcoururent en 84 jours, traversant en trois jours, pratiquement sans boire, le désert de Kara Kum (375 km).

En 1948, un tremblement de terre ravagea Achkabad ainsi que l'ensemble du berceau de l'Akhal Teké dont les effectifs, largement utilisés par l'armée, avaient déjà été décimés pendant la Deuxième Guerre mondiale.
Il allait être difficile de remonter la pente.

En 1956, le gouvernement soviétique offrit, en guise de cadeau diplomatique, à la Reine Elisabeth d'Angleterre, l'étalon Akhal Téké "Malé Kuch", âgé de trois ans, dant la robe était d'un magnifique isabelle doré.
Ce geste fut particulièrement apprécié chez nos voisins d'outre Manche.

La difficulté que présente l'usage de ce cheval est son caractère affirmé.
Très facile lorsqu'il connait bien son cavalier il peut dans le cas contraire, être fâcheusement obstiné.
Lorsqu'il est coopératif, le meilleur peut en être tiré, et son dressage atteindre un niveau olympique.
Ce fut le cas en 1960 lorsque le cheval Abzent, monté par Serge Filatov, fut médaille d'or aux Jeux de Rome.
Quatre ans après, il gagnait à Tokyo la médaille de bronze, performance qu'il réédita en 1968 à Mexico sous la selle du cavalier Kalite.
En Allemagne un fils d'Abzent, Chan, fait actuellement très bonne figure en dressage.
L'Akhal Téké peut être aussi un étonnant cheval d'obstacles, bien que d'un style contestable car il ne bascule pas.
Le petit Polygone, toisant 1 m.54, put sauter 2 m 25! D'autre part on vit Perapel franchir 8 m 78 en longueur.

La générosité de ce cheval est d'ailleurs dangereuse car il ne sait pas mesurer ses efforts et pourrait mourir à la tâche.
Ses qualités surprenantes n'ont pas manqué d'être exploitées en croisement avec différentes races: pur-sang anglais,trakehner, karabakh, trotteur Orlov, Morgan ...
Aujourd'hui il n'existe guère plus de 3 000 Akhal - Tékés à travers le monde.
Aussi est-il nécessaire de les protéger.
Plusieurs pays s'y emploient, comme l'Allemagne qui en possède 300 et les utilisent en dressage, à l'attelage, à la chasse à courre.
Aux Etats Unis, où elle est vouée au concours complet, la race a un stud book tenu à Staunton en Virginie.
Elle a donné lieu à une grande vente en 1988 à Fort Collins dans le Colorado.
La France est assez mal pourvue en chevaux de cette espèce.
Elle peut cependant se prévaloir d'en possèder un excellent, le fameux Gendjim .